une nouvelle histoire de la culture

Bethléem

L’église Notre-Dame de Bethléem située à l’entrée de Clamecy a de tout temps été un point remarquable de la ville. 

Son style architectural romano-byzantin, autant que le symbole historique qu’elle représente, font de cet édifice une réelle spécificité patrimoniale clamecycoise.

Depuis 2017, la ville de Clamecy s’est engagée dans un un programme de restauration global afin de sauver ce monument historique en péril.

préserver le patrimoine pour enrichir l'avenir

Contexte

HISTOIRE

Cet édifice incarne plusieurs pans de l’Histoire de la ville.  

À la suite du don de terres à l’évêché de Bethléem en Palestine par le Comte de Nevers, une cinquantaine d’évêques se succèdent à Clamecy entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

Une première église est construite en 1869, à la demande des flotteurs de bois. A cette époque, le flottage de bois est l’activité principale de la ville, qui fournit la capitale en bois de chauffage. Ainsi l’église Notre-Dame de Bethléem constitue également un symbole de l’histoire de la cité.

Cet édifice, d’architecture ordinaire, sera démoli en 1925 au profit de la construction de la ‘nouvelle’ église Notre-Dame de Bethléem telle qu’elle existe aujourd’hui.

 

ARCHITECTURE

Répondant à la commande d’une œuvre délibérément moderne et en rupture avec le XIXe siècle, l’architecte Georges Théodore Renaud propose cet édifice en béton armé d’inspiration byzantine.

Ce nouveau bâtiment réussi la prouesse de symboliser à la fois l’histoire de l’évêché de Bethléem à Clamecy, grâce à sa référence architecturale à l’Orient, tout en s’inscrivant résolument dans la modernité. Il s’agit alors de l’une des premières églises construites en béton armé en France.

L’utilisation de ce matériau très innovant pour l’époque permet de libérer l’espace intérieur des piliers composant habituellement la structure des églises. Ici la nef se déploie dans son intégralité, créant ainsi un volume qui met d’autant plus en valeur les vitraux et le mobilier. 

La crypte est ornée de peintures murales exécutées à la fin des années 1940 et au début des années 1950 par Nicolas Boon, vicaire de la paroisse, et par le peintre Robert Pouyaud. 

La municipalité acquiert l’église Notre-Dame de Bethléem en 2001. En 2010, l’édifice est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, bénéficiant ainsi d’une reconnaissance patrimoniale et du soutien de l’Etat à travers sa Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC).

ETAT SANITAIRE ET TRAVAUX

L’édifice s’est fortement dégradé avec le temps. La qualité des bétons de l’époque s’est altérée et de nombreuses fissures sont apparues. Ces défauts d’étanchéité ont provoqué des infiltrations néfastes pour le bâtiment. Par ailleurs, le terrain instable sur lequel l’église repose et sa proximité avec l’Yonne, induisant des problématiques de remontées capillaires nécessitent des interventions lourdes pour éviter l’effondrement du bâtiment.

Une équipe pluridisciplinaire de maîtrise d’oeuvre, comprenant des architectes spécialisés dans les monuments historiques, un bureau d’études structures et un économiste, travaille depuis plusieurs années avec les services de la collectivité pour permettre ce programme de restauration.

Une ambition pour l’attractivité

Intention

La dernière phase de travaux consiste en la création d’un espace d’expression multiculturel. L’objectif est de conserver les qualités architecturales de l’édifice et notamment de préserver les volumes existants, tout en permettant la tenue d’évènements culturels.

L’objectif est de développer un système de projection vidéo en trois dimensions, mais également permettre la tenue ponctuelle de moments artistiques ponctuels tels que des concerts ou des expositions.

Préserver notre patrimoine

Partenariats

Pour mener à bien cette opération
de restauration d’envergure, la ville de Clamecy compte sur de nombreux soutiens et partenariats : 

– Institutionnels : la collectivité dispose du soutien
financier et technique de l’Etat, de la DRAC, de la Région Bourgogne Franche-Comté et du Conseil Départemental de la Nièvre.

– Citoyen : avec l’existence d’une cagnotte en ligne soutenue par la Fondation du Patrimoine, permettant à chacun de participer à la préservation et au rayonnement de ce monument remarquable.