canal     Le canal du Nivernais s'étire sur 176 kilomètres, de Saint-Léger-des-Vignes près de Decize (Nièvre) à Auxerre (Yonne).

     Sur son parcours très varié, on dénombre 110 écluses, 100 maisons éclusières, 117 ponts fixes et 15 ponts mobiles.

 

     À l'origine, il s'agissait de construire une rigole de flottage pour amener les bois du Bazois jusqu'à la rivière d'Yonne mais très rapidement le projet évolue vers la création d'un canal de navigation reliant le bassin de la Loire à celui de la Seine.

     Commencés en 1784, les travaux s'achèvent en 1843, après bien des difficultés : financières, techniques avec le percement de trois tunnels vers La Collancelle : Les Breuilles (212 m), Mouas (268 m), La Collancelle (758 m) et mécontentement des populations pour qui les meilleures terres sont prises par le canal.

Illustration : Fonds des Archives départementales de la Nièvre.



     Excellent moyen de transport pour les charges lourdes : bois, houille, pierre (les carrières nivernaises vont se développer), le canal du Nivernais voit son trafic progresser pendant les 40 premières années d'utilisation (389 846 tonnes en 1886).

     Pourtant, les dimensions insuffisantes des écluses, la baisse de la demande de bois pour Paris, la concurrence du chemin de fer, vont entraîner un déclin continuel du trafic (12 500 tonnes en 1973).

     À Clamecy, de 1835 environ à 1902, le canal traversait la ville en empruntant un bras de la rivière d'Yonne. Deux ponts en pierre, un pont tournant doublé d'une passerelle fixe permettaient de relier la ville haute et la ville basse.

     Cette section du canal sera toutefois comblée à cause de son étroitesse et de son insalubrité. Clamecy présentera alors son visage actuel avec la place du Commandant Boidot et son port pour accueillir les plaisanciers, l'avenue de la République, la rue des Ponts-Verts.

C 148  le quai de l'écluse72.jpg
     Aujourd'hui, le tourisme fluvial se développe ainsi que la véloroute et le canal du Nivernais offre aux amateurs de calme et de nature la possibilité de découvrir ses ouvrages d'art, mais aussi d'admirables paysages dotés d'une flore et d'une faune remarquables.

 Article rédigé par la Société Scientifique et Artistique de Clamecy