Celui qui vient à Clamecy depuis Auxerre ou Vézelay découvre, près de l’Yonne, l’un des monuments les plus originaux de la ville : l’église Notre-Dame de Bethléem, dite église de Bethléem. Cet édifice construit en ciment armé en 1926 et 1927 s’inspire de l’architecture byzantine.

Ces lignes originales sont destinées à rappeler une singularité locale : l’existence en ces lieux d’un évêché de Bethléem, du Moyen Âge jusqu’au Concordat de 1801

 

Évêché de Bethléem

Les comtes de Nevers avaient en effet donné à l’évêché de Bethléem, en Palestine, des terres à Clamecy. Après que les infidèles se soient emparés de Bethléem, l’évêque vint se réfugier sur son domaine de Clamecy, où il aménagea une petite cathédrale et des bâtiments épiscopaux. Il eut des successeurs pendant plusieurs siècles, jusqu’à la suppression de cet évêché par le Concordat de 1801. La petite cathédrale fut vendue en 1796 ; elle subsiste en grande partie, privée de sa façade ; sa nef gothique abrite une salle de restaurant.

   
   
En 1869, une nouvelle église Notre-Dame de Bethléem fut construite, non loin de l’ancienne cathédrale. Conçue comme un édifice provisoire, elle était en mauvais état dans les années 1920 et fut détruite en 1926.
 Ancienne Église de Bethléem  Ancienne Église de Bethléem
   
   
À son emplacement, le curé de la paroisse, Eugène Pautigny, fit reconstruire un nouveau lieu de culte par un architecte de Nevers, Georges Théodore Renaud (1875-1947). Pour rappeler l’histoire de l’évêché de Bethléem, le prêtre demanda à l’architecte de s’inspirer du style byzantin.
Église de bethléem construction
 
 
Église de Bethléem actuel

 Notre-Dame de Bethléem fut construite en ciment armé de septembre 1926 à avril 1927 ; son inauguration eut lieu le 23 avril 1927.

La porte principale de l’église est surmontée d’une mosaïque représentant la Nativité. Au-dessus de celle-ci figurent les armoiries de la paroisse, également en mosaïque : écartelé, au premier et au quatrième, d’argent à l’étoile de Bethléem à sept rais de gueules ; au deuxième, d’argent à la croix potencée et contre-potencée d’or, cantonnée de quatre croisettes de même (qui est du royaume de Jérusalem) ; au troisième, d’azur semé de billettes d’or, au lion d’or armé et lampassé de gueules brochant sur le tout. Portail Église Bethléem
Intérieur Église bethléem À l’intérieur de l’église, la voûte en ciment armé coulée d’un seul bloc dégage une vaste nef sans piliers. Elle est éclairée par les verres colorés enchâssés dans les claustras des murs latéraux, et par des verres translucides scellés dans le ciment de la coupole, où ils dessinent une croix de Jérusalem. Le chœur, dont le mobilier est en ciment armé, est entouré de deux chapelles. Il communique dans une abside arrondie qui est éclairée par des verres disposés de manière à former une grande étoile, dans le ciment de la voûte en cul-de-four.
 Un escalier à droite de la travée de chœur mène à une crypte située sous le chœur et l’abside. Cette crypte est peinte de fresques réalisées par un artiste local, Robert Pouyaud, et par l’abbé Nicolas Boon, qui était vicaire de l’église de 1948 à 1952. Ces peintures cubistes représentent notamment la Cène, saint Nicolas et la Vierge, une Vierge de Pitié et la Dormition de la Vierge. La présence de saint Nicolas rappelle que ce personnage était le patron des mariniers et par extension des flotteurs, qui habitaient le quartier entourant l’église au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Crypte Bethléem
L’église, dans la nef de laquelle le culte n’était plus célébré depuis 1966, a été achetée par la commune de Clamecy à l’association diocésaine de Nevers en 2002. Elle avait été inscrite au titre des monuments historiques en 2000 et a reçu en 2005 le label : « Patrimoine du XXe siècle ».